Le projet ALeRT

Le contexte

Les changements climatiques touchent les zones côtières avec des effets diversifiés ; ainsi l’érosion littorale, combinée à certaines pressions anthropiques, affecte non seulement les systèmes naturels mais aussi l’ensemble du patrimoine culturel, historique et archéologique des côtes de la Manche et de l’Atlantique. Cette perte de patrimoine et de données scientifiques demandait à être prise en compte d’urgence.

Archipel de Molène, site le 19 mars 2015

La gravité et l’urgence de cette situation en France se doublent de certaines lacunes administratives. En effet l’érosion étant considérée comme un phénomène naturel échappant ainsi à la règle « destructeur-payeur », personne n’en porte la responsabilité et il n’y a pas ici de responsabilité légale, donc généralement pas de moyens juridiques, ni financiers pour des interventions d’urgence dans ce contexte.

Archipel de Molène, site le 22 mars 2015

Une démarche participative est engagée, permettant aux chercheurs mais aussi aux bénévoles de travailler en lien avec les archéologues. Afin de permettre aux observateurs de terrain de renseigner les informations concernant les sites menacés, une version web dédiée a été développée, sous la forme d’une base de données interactive. Plus récemment, la démarche a été élargie par la création d’une version mobile pour Smartphone ‘ALeRT Mobile’ qui intègre, d’une façon claire et simple, la grille d’évaluation de la vulnérabilité et la base de données. Nous ne pouvons que souligner et rappeler ici l’importance de ces réseaux de bénévoles sillonnant le terrain et, en l’occurrence, les côtes, de manière régulière et notamment à la suite d’épisode de tempêtes.

Retrouvez ici une Vidéo explicative


Le projet

Le projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre) est développé depuis 2006 au sein du CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) par un groupe de chercheurs (archéologues, géographes, géomorphologues) investis dans les recherches en archéologie littorale et sensibilisés à la fragilité du patrimoine littoral, côtier et insulaire.

Très rapidement, ce groupe a développé une approche interdisciplinaire visant à l’élaboration d’un « modèle de vulnérabilité » du patrimoine culturel côtier, à travers une évaluation normalisée des risques, l’élaboration de cartes de vigilance et la mise en place de stratégies de recherche et d’action adaptées aux différentes échelles (du local au régional).

Plougrescant, Porz Hir (Cl. M.Y. Daire)

Le premier résultat a été l’élaboration d’un outil dédié, permettant d’évaluer la vulnérabilité des sites, sous la forme d’une grille d’évaluation normalisée et suffisamment simple pour être utilisable par différents types d’opérateurs (VEF = Vulnerability Evaluation Form).

Cet outil a été testé et appliqué sur un certain nombre de sites de l’Ouest de la France (notamment dans le cadre d’un partenariat avec le Conservatoire du Littoral et les gardes du littoral) ainsi que dans d’autres pays européens, notamment en Espagne dans le cadre d’un partenariat entre le CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas Conseil supérieur de la Recherche scientifique) et le Parc national des îles de Galice. Des collaborations sont également en cours avec le projet eSCOPES: Evolving spaces: coastal landscapes of the Neolithic in the European Land’s Ends (Durham University, Royaume-Uni).

Le projet ALeRT a bénéficié jusqu’ici du soutien de la Fondation Langlois, de l’AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les Îles), du projet Bregantia (2010FR0003, CSIC-CNRS bilateral cooperation projects), et est soutenu par le CNRS. Dans le cadre du projet ARVOR (financé par la Région Bretagne, SAD v.2 – Stratégie d’Attractivité Durable, contrat post-doctoral 2012-2014 Université de Rennes 1), de nombreux développements ont été réalisés.

Depuis 2016, ALeRT bénéficie du soutien de la Fondation de France, permettant la poursuite et la mise en place de nouveaux projets.

Pour en savoir plus, présentation du projet ALeRT à Rennes en 2012.

Schéma de l’implication d’ALeRT, de l’interdisciplinarité et de l’action citoyenne
Répartition des sites ALeRT (C. Martin ; fond de carte : Géobretagne)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s