« Face à la mer » le 4 décembre !

Le prochain séminaire « Face à la mer » Actualité de recherches archéologiques littorales et marines d’Europe et au-delà, se déroulera le 4 décembre à la salle de conférence de l’OSUR sur le campus de Beaulieu.

Le programme prévisionnel :

  • Cyrille Billard, Stéphane Lamache, Benoit Labbey, Michel Besnard, Jean-Luc Leleu, Marie-Laure Loizeau, Anne Ropars : « Le littoral : une frontière convoitée. Une nouvelle approche des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie ».
  • Cécile Alline : « Exploiter les coquillages marins (pourpres, patelles, bigorneaux, moules) à l’époque romaine : le cas de Commes ».
  • Vivien Mathé : « Entre vase et sel : contributions de la géophysique à la recherche archéologique littorale ».
  • Jean-Marc Large, Axel Levillayer, Catherine Moreau, Thomas Vigneau, avec la collaboration de Catherine Dupont, Claira Liétar, Yann Le Jeune : « Actualité de l’archéologie littorale en Loire-Atlantique et en Vendée : focus sur l’île Dumet ».
  • Annabelle Chauviteau-Lacoste, Delphine Linard : « Le Cimetière des Noyés de la côte Noroit, l’Île d’Yeu (Vendée) ».
  • Olivia Hulot : « Au fil de l’eau : actualité récente du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines ».
  • Aurélia Borvon : « Poissons et crevettes du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique) : espèces consommées, sauces et techniques de pêche ».
  • Marie-Yvane Daire, David Aoustin, Vincent Bernard, Louis Dutouquet, François Le Gall, Chantal Leroyer, Dominique Marguerie, Chloë Martin, Laurent Quesnel ! « Archéologie sur l’estran : approche interdisciplinaire du site de la plage de Plougasnou-Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) ».

Les résumés seront bientôt communiqués !

Publicités

Séminaire sur « l’exploitation du sel au cours de la Protohistoire » le 29 novembre 2017 à Nantes

Le 29 novembre 2017, nous allons participer au séminaire L’exploitation du sel au cours de la Protohistoire organisé par Sylvie Boulud-Gazo et Julie Remy. Il se déroulera à l’Université de Nantes, dans la salle de conférence du bâtiment Censive.

Notre présentation portera sur « L’érosion sur les ateliers de bouilleurs de sel breton : apport du projet ALeRT sur des sites menacés ». Retrouvez ici les différentes communications de la journée.

ALOA – ALeRT Outre Atlantique

Le projet ALeRT connaît un nouvel essor géographique !

En effet, les outils ALeRT vont être adaptés sur l’île de Porto Rico grâce au montage de projet international et à un financement de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Les littoraux subissent depuis plusieurs décennies une évolution rapide et des risques accrus (érosion, submersion…) menaçant non seulement des populations actuelles mais aussi le patrimoine naturel et culturel côtier. Ainsi, des milliers de sites archéologiques et historiques sont chaque jour menacés de disparition, avec ce que cela suppose de perte du point de vue patrimonial et scientifique. En réponse à cette problématique, un programme de recherche et de science participative est développé depuis 2006 dans l’Ouest de la France et rayonne sur la façade atlantique de l’Europe, le projet ALeRT (Archéologie Littoral et Réchauffement Terrestre), dont les principaux objectifs sont la connaissance du patrimoine littoral, l’évaluation de sa vulnérabilité et des moyens d’intervention, la sensibilisation des communautés et des gestionnaires. Ce projet est porté par un groupe interdisciplinaire et interinstitutionnel de chercheurs ; forts de 10 années d’expérience régionale et nationale, ils proposent aujourd’hui de mettre leur démarche et les outils innovants déjà développés au service d’un programme, géographiquement plus étendu, en partant de l’Armorique pour aller vers l’Amérique, et plus précisément les îles de la mer des Caraïbes. « ALeRT Outre Atlantique » (ALOA) vise le développement d’une coopération internationale sur cette thématique, le terrain d’étude retenu étant l’île de Porto Rico avec Isabel Rivera Collazo pour la première phase (2017-18), qui pourra être étendu ensuite à plusieurs îles des petites et grandes Antilles.

Journées nationales de l’archéologie 17-18 juin

Pour les Journées nationales de l’archéologie (17-18 juin), le projet ALeRT sera présent à la manifestation culturelle « Il était une fois le métal… » à Locronan (Finistère), sous l’égide de l’association Ar seizh metal. Le programme est très divers, avec des conférences, des démonstrations, des expositions… Retrouvez le ici !

Venez nombreux !

Journées du CReAAH les 12-13 mai 2017

Chaque année, le CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) organise des journées informant des derniers résultats de l’UMR. Elles se tiendront les vendredi et samedi 12 et 13 mai 2017 dans l’amphithéâtre Louis-Antoine, bâtiment 2A sur le campus de Beaulieu à Rennes.

Nous présenterons la communication : « ALeRT – L’archéologie littorale versus l’érosion. Chronique 2016-2017 » qui sera l’occasion de faire le bilan d’un an de travail du projet ALeRT et du soutien de la Fondation de France.

« Le littoral morbihannais : le projet ALeRT au chevet d’un patrimoine menacé », le 3 juin à la SAHPL

Le 3 juin 2017, nous présenterons le projet ALeRT à la Société d’Archéologie et d’Histoire du Pays de Lorient :

Le projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), créé en 2006 dans le cadre du CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) s’intéresse à la vulnérabilité du patrimoine culturel côtier face aux effets des changements climatiques et de la pression anthropique sur le littoral. Il est actuellement soutenu par la Fondation de France (2016-2018) : « Quel devenir pour le littoral Manche-Atlantique et son patrimoine ? Apport de l’interdisciplinarité et de la science participative ».

Ce projet a de multiples objectifs, dont le développement d’aide à la priorisation des actions sur le terrain sur ces sites littoraux menacés de disparition, de dresser un état sanitaire du patrimoine littoral, ou encore de sensibiliser la communauté scientifique et le grand public à cette problématique en les invitant à participer à la démarche.

Après une présentation de ce projet, nous verrons comment 10 ans d’ALeRT ont permis de montrer l’importance de ce patrimoine côtier et surtout de sa vulnérabilité à travers des exemples à l’ouest de la presqu’île de Quiberon. Nous insisterons particulièrement sur l’île de Groix qui fait l’objet d’un suivi régulier de la part des archéologues, mais aussi d’amateurs qui ont permis la découverte de nombreux sites archéologiques.

« Archéologie du littoral en Cornouaille. Témoignage patrimonial de la montée du niveau marin », le 15 mai au Musée de Penmarc’h

Le 15 mai 2017, nous présenterons le projet ALeRT en parallèle avec les études menées dans le cadre du projet Arch-Manche pour la Cornouaille, au Musée de Penmarc’h.

Prospections à l’île de Groix, du 2 au 5 mars 2017

Du 2 au 5 mars, une partie de l’équipe ALeRT, accompagné des prospecteurs bénévoles (et parfois inventeurs des sites) sera à l’île de Groix, pour une opération de prospections sur le littoral avec différents objectifs :

– Faire un relevé et une étude topographique de l’éperon barré de l’âge du Fer de Kervédan, par Hervé Duval, dans le cadre de sa thèse intitulée « Les sites fortifiés littoraux de la façade Manche-Atlantique de l’Europe : territoires, échanges et pouvoirs, au 1er millénaire avant notre ère » (Université de Rennes 1)

– Faire un relevé et une étude topographique du site mésolithique du Gorzed par Gaëlle-Anne Denat dans le cadre de son Master II à l’Université de Rennes 2 et Jorge Calvo Gomez, dans le cadre de sa thèse portant sur « Les systèmes techniques des chasseurs cueilleurs maritimes d’Europe Atlantique » (Université de Rennes 1)

– Faire un bilan sanitaire des sites menacés et connus depuis plusieurs années, par Chloë Martin en tant que chargée de coordination du projet ALeRT, et les 3 archéologues susmentionnés.

Tout ce travail ne pourrait être réalisé sans les découvertes des prospecteurs bénévoles, et des différents programmes de recherche qui ont existé et qui existent encore sur l’île de Groix.

« Le littoral morbihannais : le projet ALeRT au chevet d’un patrimoine menacé », le 13 septembre à la Société Polymathique du Morbihan

Le 13 septembre, nous présenterons le projet ALeRT ainsi que les recherches et les études menées sur le littoral morbihannais depuis plusieurs années, à la Société Polymathique du Morbihan.

Le projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), créé en 2006 dans le cadre du CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) s’intéresse à la vulnérabilité du patrimoine culturel côtier face aux effets des changements climatiques et de la pression anthropique sur le littoral. Il est actuellement soutenu par la Fondation de France (2016-2018) : « Quel devenir pour le littoral Manche-Atlantique et son patrimoine ? Apport de l’interdisciplinarité et de la science participative ».

Ce projet a de multiples objectifs, dont le développement d’aide à la priorisation des actions sur le terrain sur ces sites littoraux menacés de disparition, de dresser un état sanitaire du patrimoine littoral, ou encore de sensibiliser la communauté scientifique et le grand public à cette problématique en les invitant à participer à la démarche.

Après une présentation de ce projet, nous verrons comment 10 ans d’ALeRT ont permis de montrer l’importance de ce patrimoine côtier et surtout de sa vulnérabilité à travers des exemples à l’Est de la presqu’île de Quiberon. Nous insisterons particulièrement sur la presqu’île de Rhuys, qui était la « zone teste » du projet ALeRT et qui fait l’objet d’un suivi régulier de la part des archéologues, mais aussi d’amateurs qui ont permis la découverte de nombreux sites archéologiques.

« ALeRT sur le littoral finistérien », le 25 mars à la Société Archéologique du Finistère

Le 25 mars, nous présenterons le projet ALeRT ainsi que les recherches et les études menées sur le littoral finistérien depuis plusieurs années, à la Société Archéologique du Finistère.