« Alerte sur le patrimoine archéologique littoral »

Le vendredi 15 mars à 20h, nous allons présenter le projet ALeRT à Trégunc (Finistère). La conférence « Alerte sur le patrimoine archéologique littoral » est organisée par Les Amis du patrimoine de Trégunc et Patrimoine de Névez.

ALeRT-ALOA dans les Antilles du 12 au 23 mars 2018

Les outils du projet ALeRT seront présentés sur l’île de la Guadeloupe du 12 au 21 mars et sur l’île de Saint-Martin du 21 au 23 mars, dans le cadre du projet ALOA (ALeRT Outre Atlantique – soutenu par la MSHB), lors de réunions ainsi que de sorties sur le terrain.

[Attention, le site web est en cours de construction !]

ALeRT à Plougasnou

ALeRT est un des lauréats du projet « Neptune » (Une Nouvelle Exploration Patrimoniale Triennale des Univers Nautiques Engloutis) de la Région Bretagne !

« La Région veut renforcer l’attractivité culturelle et touristique de la Bretagne à travers son patrimoine. Sur la période 2017-2019, elle soutiendra des projets sur deux nouvelles thématiques (via deux appels à projets lancés chaque année en partenariat avec l’Etat) : celle des mégalithes, marqueur fort du paysage, et celle de l’archéologie sous-marine, subaquatique et de l’estran, encore méconnue et trop peu valorisée. Au total, douze projets ont été sélectionnés à travers les deux appels à projets 2017 sur ces thèmes. Ils entrent dans trois catégories – connaissance, valorisation ou innovation – et ils s’inscrivent pleinement dans une stratégie qui vise à valoriser le patrimoine au service du plus grand nombre.  »
Retrouvez l’info sur : Ouest-France et France 3 région !

Séminaire sur « l’exploitation du sel au cours de la Protohistoire » le 29 novembre 2017 à Nantes

Le 29 novembre 2017, nous allons participer au séminaire L’exploitation du sel au cours de la Protohistoire organisé par Sylvie Boulud-Gazo et Julie Remy. Il se déroulera à l’Université de Nantes, dans la salle de conférence du bâtiment Censive.

Notre présentation portera sur « L’érosion sur les ateliers de bouilleurs de sel breton : apport du projet ALeRT sur des sites menacés ». Retrouvez ici les différentes communications de la journée.

ALOA – ALeRT Outre Atlantique

Le projet ALeRT connaît un nouvel essor géographique !

En effet, les outils ALeRT vont être adaptés sur l’île de Porto Rico grâce au montage de projet international et à un financement de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Les littoraux subissent depuis plusieurs décennies une évolution rapide et des risques accrus (érosion, submersion…) menaçant non seulement des populations actuelles mais aussi le patrimoine naturel et culturel côtier. Ainsi, des milliers de sites archéologiques et historiques sont chaque jour menacés de disparition, avec ce que cela suppose de perte du point de vue patrimonial et scientifique. En réponse à cette problématique, un programme de recherche et de science participative est développé depuis 2006 dans l’Ouest de la France et rayonne sur la façade atlantique de l’Europe, le projet ALeRT (Archéologie Littoral et Réchauffement Terrestre), dont les principaux objectifs sont la connaissance du patrimoine littoral, l’évaluation de sa vulnérabilité et des moyens d’intervention, la sensibilisation des communautés et des gestionnaires. Ce projet est porté par un groupe interdisciplinaire et interinstitutionnel de chercheurs ; forts de 10 années d’expérience régionale et nationale, ils proposent aujourd’hui de mettre leur démarche et les outils innovants déjà développés au service d’un programme, géographiquement plus étendu, en partant de l’Armorique pour aller vers l’Amérique, et plus précisément les îles de la mer des Caraïbes. « ALeRT Outre Atlantique » (ALOA) vise le développement d’une coopération internationale sur cette thématique, le terrain d’étude retenu étant l’île de Porto Rico avec Isabel Rivera Collazo pour la première phase (2017-18), qui pourra être étendu ensuite à plusieurs îles des petites et grandes Antilles.

Journées du CReAAH les 12-13 mai 2017

Chaque année, le CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) organise des journées informant des derniers résultats de l’UMR. Elles se tiendront les vendredi et samedi 12 et 13 mai 2017 dans l’amphithéâtre Louis-Antoine, bâtiment 2A sur le campus de Beaulieu à Rennes.

Nous présenterons la communication : « ALeRT – L’archéologie littorale versus l’érosion. Chronique 2016-2017 » qui sera l’occasion de faire le bilan d’un an de travail du projet ALeRT et du soutien de la Fondation de France.

Sondage archéologique à Plougasnou

Du 27 au 31 mars, nous étions en sondage archéologique sur la commune de Plougasnou, avec la société HELP.

Ouest-France et Le Télégramme en ont fait des articles parus le 6 avril 2017.

Les premiers résultats des sondages ont été présentés lors d’une conférence à Saint-Jean-du-Doigt le 22 septembre 2017, que vous pouvez retrouver dans le Ouest-France et Le Télégramme.

Prospections à l’île de Groix, du 2 au 5 mars 2017

Du 2 au 5 mars, une partie de l’équipe ALeRT, accompagné des prospecteurs bénévoles (et parfois inventeurs des sites) sera à l’île de Groix, pour une opération de prospections sur le littoral avec différents objectifs :

– Faire un relevé et une étude topographique de l’éperon barré de l’âge du Fer de Kervédan, par Hervé Duval, dans le cadre de sa thèse intitulée « Les sites fortifiés littoraux de la façade Manche-Atlantique de l’Europe : territoires, échanges et pouvoirs, au 1er millénaire avant notre ère » (Université de Rennes 1)

– Faire un relevé et une étude topographique du site mésolithique du Gorzed par Gaëlle-Anne Denat dans le cadre de son Master II à l’Université de Rennes 2 et Jorge Calvo Gomez, dans le cadre de sa thèse portant sur « Les systèmes techniques des chasseurs cueilleurs maritimes d’Europe Atlantique » (Université de Rennes 1)

– Faire un bilan sanitaire des sites menacés et connus depuis plusieurs années, par Chloë Martin en tant que chargée de coordination du projet ALeRT, et les 3 archéologues susmentionnés.

Tout ce travail ne pourrait être réalisé sans les découvertes des prospecteurs bénévoles, et des différents programmes de recherche qui ont existé et qui existent encore sur l’île de Groix.