La pointe de Grosse Terre, Corniche vendéenne à Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée)

Par Lolita Rousseau et Henri Gandois

Présentation du site

Le site de la pointe de la Grosse Terre se situe en bordure de falaise, à l’extrémité sud de la « Corniche Vendéenne », sur la commune de Saint-Hilaire-de-Riez en Vendée (Fig. 1).

Fig. 1 – Localisation du site (d’après les cartes IGN et Géoportail ; D.A.O. L. Rousseau)

Il a été mis en évidence par E. Bocquier avec la découverte d’un tesson décoré au peigne en 1917 et d’un tesson à cordon préoral en 1929 (Joussaume 1981, p. 454). À cet endroit, une scie à encoches avait été mise au jour quelques années auparavant par M. Baudouin (Baudouin 1914). Dans les années 1950, C. Burnez signale la découverte d’un tesson décoré non loin à Sion (Burnez 1956). Par la suite, plusieurs prospections de surface ont livré d’autres vestiges campaniformes (lithiques et céramiques principalement), à l’image de celles effectuées par P. Péridy en 1972 (Péridy 1972 ; 1975) ou de N. Rouzeau en 1978 (Rouzeau 1978).

Enfin, une série de trois sondages de très petites dimensions a été menée par D. Longuet en 1981, afin de répondre à l’érosion très intensive du site et suite à l’apparition d’un foyer en bordure de falaise (Fig. 2). Un premier sondage de 6 m² a été réalisé au niveau des parcelles n°414 et n°417 (ex n°1359 et n°4936 selon le cadastre avant rénovation), puis deux autres (4 m² et 0,5 m²), plus au sud, effectués dans le but d’observer l’extension de l’occupation (Longuet et al. 1985).

Fig. 2 – Emprise de la fouille du site (d’après Longuet 1981 ; D.A.O. L. Rousseau)

Cette intervention a permis d’observer un niveau archéologique interstratifié dans la dune et qui a livré du mobilier campaniforme, bien que le foyer ne soit finalement pas associé à l’occupation (Longuet 1981 ; Longuet et al. 1985).

Présentation de la stratigraphie

Les diverses observations, faites sur le terrain lors des premières interventions et encore confirmées récemment par une visite in situ, permettent de proposer la séquence suivante (Fig. 3) :

  • le niveau dunaire actuel ;
  • une couche de sable orangé associée à un foyer et un épandage de pierre. Le tout n’a pu être daté ;
  • de nouveau un niveau de dune ;
  • le niveau archéologique campaniforme, d’une puissance d’une trentaine de centimètres, constitué d’un sable orangé induré ;
  • un autre niveau dunaire d’une épaisseur de 1 m ;
  • des argiles détritiques ;
  • et enfin le socle géologique composé de micaschistes.
Fig. 3 – Cliché et coupe schématique de la falaise à l’emplacement du site (cl. : H. Gandois et schéma d’après Longuet 1981)

Par ailleurs, la présence de certaines zones perturbées par l’établissement d’un blockhaus durant la Seconde Guerre mondiale doit être signalée (Longuet et al. 1985).

Des études géomorphologiques et sédimentologiques précises, sur des niveaux qui ont recelé des occupations campaniformes en stratification interdunaire, seraient à élaborer. En effet, aucun site côtier, à l’heure actuelle, n’a fait l’objet de telles études, alors que l’état de sédimentation sur le littoral est complexe et mériterait un regard précis.

Nature et chronologie du site

Toutes interventions confondues (prospections de surface et fouilles de sauvetage), le site a fourni une quantité très importante de mobilier archéologique, en effet, le nombre de tessons s’élève à près de 250 et le mobilier lithique à plus de 1100 pièces.

Le mobilier céramique issu de la fouille (Fig. 4) se compose de 130 tessons campaniformes assez fragmentés, dont des gobelets décorés (incisions, décors au peigne) et de la céramique commune (jarres à languettes, vases à cordons préoraux ; Longuet 1981). Lors de prospections réalisées par P. Péridy, quelques tessons ramassés semblent se rapprocher de l’Artenac (Néolithique final pré-Campaniforme ; Péridy 1975). En outre, la présence d’un vase à cordon arciforme renvoie, quant à lui, à l’âge du Bronze ancien.

Fig. 4 – Mobilier céramique issu des sondages de 1981 (d’après Longuet et al. 1985)

Le mobilier lithique issu de l’opération de sauvetage comprend 190 artefacts (Fig. 5). Il s’agit essentiellement d’éléments de débitage produits à partir de petits galets côtiers de silex, par percussion posée sur enclume. La fouille a livré dix-huit outils, dont huit grattoirs, deux éclats tronqués, une encoche retouchée, un perçoir, un éclat denticulé, un couteau à dos retouché, une armature de flèche à pédoncule et ailerons équarris, une probable ébauche d’armature perçante et une armature de flèche à tranchant transversal (malheureusement non découverte en place ; Longuet 1981). Lors des prospections de surface, un nombre très important d’éléments de débitage a été prélevé, ainsi qu’une armature tranchante, trois grattoirs, six éclats tronqués, un perçoir, un burin, deux racloirs, quinze éclats microesquillés, cinq éclats retouchés, soit 34 outils supplémentaires (Rouzeau 1978).

Fig. 5 – Mobilier lithique issu des sondages de 1981 (d’après Longuet 1981)

Ainsi la très grande majorité du mobilier diagnostique mis au jour lors des diverses opérations renvoie sans hésitation à la période campaniforme. En revanche, en l’absence de structures attribuables à cette période, les diverses interventions n’ont pas permis pour le moment de caractériser précisément le site.

Problématiques scientifiques

Une demande d’opération archéologique a été déposée auprès du SRA (Service régional de l’archéologie) des Pays de la Loire afin de réaliser une série de sondages à la pointe de la Grosse Terre, dans la parcelle BR-420 (Fig. 1). La problématique de la recherche s’articule autour de deux axes principaux avec un troisième en filigrane.

Il s’agit tout d’abord de sauvegarder un site victime de l’érosion, mais également des eaux de ruissellement qui « lessivent » régulièrement sa surface. Ces deux facteurs combinés ont pour conséquence de mettre à nu par endroits les couches archéologiques qui se trouvent ainsi fragilisées. Un rapide passage sur place en septembre 2015 a permis de constater que du mobilier archéologique protohistorique était directement visible sous le sable (Fig. 6). En moins de cinq minutes, ce sont pas moins de sept tessons (dont deux éléments de forme) et 25 pièces lithiques qui ont été rassemblés sur moins de 2 mètres carrés, confirmant ainsi tout le potentiel du site.

Fig. 6 – Vue in situ du mobilier archéologique (dans les cercles rouges) abondant à la pointe de la Grosse Terre en septembre 2015 (cl. H. Gandois)

Le deuxième intérêt majeur de cette demande concerne la caractérisation même du site et de son statut. En effet, il se voit classiquement attribuer le qualificatif d’habitat, au même titre que les nombreuses occupations campaniformes réparties le long le littoral vendéen (Joussaume 1981 ; Poissonnier 1990). Hormis des quantités parfois importantes de mobilier lithique et céramique, aucun élément structurant ne leur est généralement associé. Ce constat est probablement lié en partie au mode d’intervention effectué sur ces sites, qui se limite le plus souvent à un suivi de type prospection pédestre. Mais en revanche les fouilles effectuées sur le site littoral de la Passe de l’Écuissière à Dolus-d’Oléron ont déjà permis de mettre en évidence quelques éléments de structuration de l’habitat : muret en pierres sèches, palissade, trou de calage de poteau, etc. (Bougeant 2009). Il serait donc intéressant de voir si ces types d’éléments peuvent être identifiés sur le site de la Grosse Terre en haut de la corniche vendéenne, afin d’établir si ce site correspond à un site d’habitat structuré ou bien à un site lié quasi exclusivement à des activités spécialisées, par exemple des activités métallurgiques, cynégétiques/halieutiques côtières, ou encore de débitage. Cette intervention, combinée aux quelques informations que l’on possède déjà, permettra ainsi sans doute de préciser la forme que peut revêtir ce type de gisement.

Un dernier élément, plus ténu, motive également cette demande de sondage : la possibilité de découvrir d’éventuelles structures et/ou artefacts liés à la métallurgie du cuivre. Les traces de telles activités en contexte campaniforme en France sont extrêmement rares, voire totalement exceptionnelles, surtout si on les compare aux artefacts métalliques attribuables de façon certaine (poignards à languette, pointes de Palmela…) ou très probable (certaines haches plates) à cette culture. Néanmoins des fouilles récentes menées non loin de la Grosse Terre, dans l’anse de la République à Talmont-Saint-Hilaire ont permis de confirmer l’existence d’une métallurgie campaniforme en Vendée (Gandois et Rousseau 2015). Des fouilles minutieuses peuvent donc amener de nouveaux éléments, même infimes, sur cette problématique des débuts de la métallurgie sur la façade atlantique de la France. Si de tels éléments pouvaient être mis au jour à la pointe de la Grosse Terre, cela ferait du site un jalon incontournable pour les débuts de la métallurgie dans l’Ouest.


Pour aller plus d’informations :

BAUDOUIN M. 1914. « Nouvelles remarques sur la Pétrographie de la Station sous-marine de Saint-Gilles sur Vie (Vendée) », Bulletin de la Société préhistorique française, 11-8, p. 391-400.

BOUGEANT P. 2009. « L’habitat campaniforme de la plage de l’Écuissière à Dolus-d’Oléron (Charente-Maritime) ». In : Laporte L. (dir), Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.). Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, p. 163-166.

BURNEZ C. 1956. « Nouveaux témoins de la civilisation des caliciformes dans les pays de l’Ouest ». Bulletin de la Société préhistorique française, 53 1-2, p. 48-50.

GANDOIS H., ROUSSEAU L. (dir.), avec les contributions de CUENCA SOLANA D., DUPONT C., FAVREL Q., GARNIER N., LAFORGE M., LE CARLIER DE VESLUD C., MAISONNEUVE T., RAFFIN A., VIGNEAU T. 2015. Rapport Final d’Opérations de sondages – L’anse de la République à Talmont-Saint-Hilaire (Vendée), Opération n° 2014-51. Nantes, Direction régionale des affaires culturelles et Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire, 133 p.

JOUSSAUME R. 1981. Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Rennes, Université de Rennes I, Travaux du laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricain, 625 p.

LONGUET D. 1981. Pointe de Grosse Terre, Saint-Hilaire-de-Riez, rapport de sauvetage. Nantes, Direction régionale des affaires culturelles et Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire [n.p.].

LONGUET D., PÉRIDY P., ROUZEAU N. 1985. « Le site campaniforme de la Pointe de Grosse Terre, commune de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée) », Études Préhistoriques et Protohistoriques, Pays de Loire, 8, p. 31-42.

PÉRIDY P. 1972. Rapport de prospections de surface sur la commune de St-Hilaire-de-Riez, Vendée. Lieu-dit : Pointe de la Grosse Terre, Corniche Vendéenne. Nantes, Direction régionale des affaires culturelles et Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire, 4 p.

PÉRIDY P. 1975. « Céramiques décorées de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée) ». Annuaire de la Société d’Émulation de la Vendée, p. 106-107.

POISSONNIER B. 1990. « Le Chalcolithique ». In : Vital C., 150 années de découvertes archéologiques en Vendée – La Mort et le Sacré. Thonon-les-Bains, L’Albaron, p. 73-91.

ROUZEAU N. 1978. Le site de la Pointe de Grosse-Terre, Saint-Hilaire de Riez (85), rapport de prospection. Direction régionale des affaires culturelles et Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire, 3 p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s